Adrenadream – Lea Silhol Sword-press

House of Winter

Rewind – Deux mois sur le front ReLIRE

Pour ceux de mes lecteurs qui « prennent le train (forcément runaway) en marche… Et afin d’expédier le sujet… Un petit résumé de ces deux mois de lutte contre le Monstre ReLIRE — dans la mesure où cet espace WP est tout neuf.

Les grandes nations ne s’appauvrissent jamais par la prodigalité
et la mauvaise conduite des particuliers, mais quelquefois bien par celles de leur gouvernement.
Adam Smith « La nature et les causes de la richesse des nations »


K... is for Kafkaesque

Julian Hibbard « The Noir A-Z »

Tous les blogs (sauf oubli) dans l’ordre d’apparition à l’écran…

 

 

Episode I

25 mars 2013 – sur Myspace/Noiseground

Get Up, Stand Up (technologie des coups de Jarnac, coups de P***, et coups de pied au Q »

Hey Ya,

(By Jove, crient certains là-bas au fond, regardez qui voilà) ^_^
OOOOh…kay. (no comment)

Bon, PREAMBULONS UN PEU
J’ai toujours dit que j’étais flemmasse, et jamais-personne-il-m’a cru. C’est pourtant assez vrai. Et c’est pourquoi, en ces temps chaotiques, on me voit davantage m’exprimer sur Twitter que sur Myspace. Plus rapide, plus facile, et donc plus… séduisant. Céder au Côté Obscur de la Force est considérablement aisé, nul n’en disconviendra.

Chaque fois que je passe par ici, je trouve une mail-box passablement bourrée de messages qui m’injectent un cocktail étrange de larsen/culpabilité/nostalgie/colère/re-nostalgie/ et… « bonnes résolutions » qui ne tiennent pas plus longtemps que la neige sous le soleil du Languedoc. Comme je ne sais qu’en faire, je drifte et me dis que « je comprendrai un jour » et (donc) « y penserai plus tard ». C’est ainsi.

Mais
1/ J’ai bien compris que certains ici s’acharnent à démontrer à la Capricorne cynique-de-naissance que je suis que la constance (ne m’en déplaise), existe.
2/ Si Twitter est parfait pour poster plus régulièrement et flemmardement des « brèves » (qui a dit « de comptoir » ?), le lieu forcément dédié des exposés plus sérieux, c’est Myspace. Et je n’ai jamais considéré la chose autrement.

DÉAMBULONS UN PEU
Tandis que je me roule avec délectation & un égoïsme assumé dans mes nouvelles amours (Brooklyn, etc.) ou me débat dans une Saga Médicale précédemment évoquée, ou fais de la Musik, ou que je disserte philo avec ma fille ou histoire des Street Arts avec mon fils, (ou me fais un Assassin’s Creed avec les deux !), que je pleure mes chats DCD ou soigne mes survivants… le monde bouge. Le monde change. Le monde fait… ce qu’il fait toujours. = N’importe quoi, donc.
Quand il le fait assez pour passer mes Firewalls, cela me renvoie juste relire Cioran, et pester comme une teigne.
Quand il dépasse ** carrément ** les bornes des limites, par contre… temps de se lever en soupirant et de repasser sa battle-gear.
Or donc…

LE LOUP, LE BOIS… la SORTIE
Ce qui m’a enfumée hors de mon bosquet feuillu, cette fois-ci, c’est l’infâme ReLIRE, incarnation ultime et « Légale » du traître-à-face-de-fouine agissant nécessairement sous couverture, du roman de Cape & d’Epée.

ReLIRE, donc, dernière (?) gale endémique refilée à notre Belle France par Darth Sarkozius, qui a été plus prolixe, durant son mandat, de ses MLT (Maladies Légalement Transmissibles ?) que de ses supposées compétences. Persuadée quant à moi (Ô naïve et stupide misanthrope à mi-temps) que les « Gauchistes » pour qui j’ai voté allaient mettre bon ordre à tout cela, et sabrer incontinent ce chiendent avant qu’il ne se fasse plus gros qu’un sequoia du Jurassique, je m’endormis sur non mes lauriers (allons !), mais du moins les sauces que les plus « nobile » de ces végétaux accompagnent volontiers.
Bref… j’oubliai de tourner un oeil légitimement méfiant vers l’Ennemi.
Une bonne amie que je ne nommerais point (Lucie chenu), dont la prudence avait été sainement épargnée par l’anesthésie générale, me réveilla de ce sommeil lothophage par un drrrring d’une imprévisible violence. Je crus a postériori que j’avais entendu le tocsin (mais c’était le téléphone, bien sûr). Elle m’annonça d’une voix prudente de circonstances (qui me fila, je le confesse, immédiatement les jetons), que ReLIRE s’était, à l’insu de tous mes plein-grés, emparé de deux de mes bouquins. ( NB : Ne blâmons pas la messagère, au contraire, biennnnn au contraire.)
La « loi » qui accoucha de ReLIRE est une abomination native. Un Blasphème. Un viol institutionnalisé de tout ce qu’il reste de beau & intéressant dans notre profession. J’aurais l’occasion de gloser là-dessus (Ici même). Que ceux ici-présents qui ne sont pas intéressés par les backstages de la littérature, et veulent la bouffer sans avoir à la faire pousser un tantinet avant, zappent donc allègrement les prochains blogs taggés de l’étiquette afférente. Que chacun sache juste (fermement) qu’il y a de nombreuses et multiples raisons pour un auteur de garder ses mots pour lui, au vu de ce que l’industrie en fait. Qu’il est déjà, depuis la nuit des temps, infiniment licite de s’interroger sur l’acte suicidaire « d’être publié ». Mais que ReLIRE est sans contestation possible le pinacle de ce système (les curieux taperont le mot en question dans un moteur de recherche de leur choix et seront édifiés sans grand mal). S’il y avait un équivalent, dans la chaîne littéraire, au crime de Haute Trahison, ce serait bien celui-là.

C’est, au final, de 4 de mes oeuvres *au moins* que ReLIRE a inscrites à la liste de ses méfaits annoncés (sonnez clairons et trompettes, oyez-oyez):
– La première édition des « Contes de la Tisseuse »
– L’anthologie « de Sang & d’Encre » (au mépris également des droits des auteurs français et étrangers y figurant, notons-le)
– Le collectif de Barbara SADOUL « Visages du vampire » où figurent deux de mes articles.

Je crains que, cachés dans la liste (ficelée de façon aussi incompétente que la Loi sur laquelle elle s’appuie), il n’y en ait davantage. Chacune de mes oppositions (out-out) va réclamer un monceau de paperasse kafkaienne et de temps perdu.

MORE ?

Avant que ce tocsin ne résonne, je faisais *deux* choses, infiniment plus intéressantes :
– Je soignais ma pauvre copine féline Juliet, qui vient de subir une intervention chirurgicale lourdissime (et a besoin de sa môman)
– J’avançais tranquillement mais rapidement vers la conclusion de mon… nouveau roman.

J’ai fermé Word, infligé à Juliet un pansement collant qu’elle déteste, et libéré mes mains, mon temps, et mon arsenal pour des formulaires volontairement flous et décourageants et… mes avocats.

Et cela me met juste « un peu » en rage, voyez?

BLA BLA BLA…. « MALHEUR EST BON » ?

Les loups sont des loups. C’est ainsi aussi.
Une fois sortis du bois, ils peuvent bien courir jusqu’au Gévaudan et s’y digivolver en grosse méchante BÊTE (dudit Gévaudan).
Les mesures drastiques que ReLIRE va m’obliger à prendre… risquent de hâter certains projets embryonnaires jusque là (mais qui mitonnaient, sous couvercle, en faisant blop-blop).
Ceux qui se plaignent de mon absence littéraire, de la disette, famine, abandon de famille et choléra (à voix douce et tendre mais… se plaignent, hein, quand-même) dans ma mailbox pourraient bien trouver un effet secondaire imprévu mais intéressant à tout ce foutoir. Que l’on n’orne pas pour autant, de grâce, l’Abomiffreux ReLIRE de charmes totalement immérités.

(MAIS QU’EST-CE QU’ELLE DIT, LÀ ??? – et le dit-elle… vraiment ?)

Exactement ce que tu crois, Ô indécourageable croyant.
Mais songe (Ô toi, encore), que plus vite moi-et-les-autres-auteurs-que-tu-aimes en auront fini d’équarrir et mettre la bête immonde en terre, plus vite tu obtiendras (de moi, au moins) un peu de Lettres *légitimes* à te mettre sous la dent.
Traduction : Plus nombreux nous serons à refuser cet outrage, et plus vite nous pourrons, éventuellement, reprendre un « métier » qui est en train, purement et simplement, de se prendre le gang-band le plus sauvage, gore, hard-core et potentiellement étirable à l’infini de ce millénaire.

Je ne demande rien à personne. J’ai trop souvent mal choisi mes causes par le passé (comme de demander avec verve de soutenir des éditeurs et/ou auteurs qui m’ont ensuite démontré, en direct live, qu’ils étaient des amateurs incompétents et pleurnichards au mieux ; des crapules cyniques et pourries au pire)
Mais ceux qui m’aiment, mais SURTOUT aiment la Littérature, les Arts et l’Humanité en général se tiendront sur la voie de ce train. Ils me trouveront sur les rails, avec un thermos de café et mon meilleur thésaurus de blagues.
Je ne sais pas si Dieu, — qui, s’ils existe, doit détester ReLIRE autant que tout homme de bien le fait –, « reconnaîtra les siens », selon l’expression consacrée. Mais moi, oui.
Pour ce que cela vaut, je n’oublierai pas plus leurs noms et leurs visages, non, que je ne pourrais oublier les noms et les visages de ceux qui, autour d’un certain feu de Beltane, se sont levés (avec bien moins de raisons) pour l’Oxymore.

Je ne promets rien quant au temps qu’il me reste et ce que je pourrai en faire. (mon compteur tourne, c’est comme ça) but…

I’M BACK, KIDS
STILL ALIVE FOR NOW
I HOPE THAT U’R STILL ALIVE TOO.

Pour être « back », eh bien, quoi (devinez), les loups dans mon genre ont besoin d’être « back… with a vengeance ». Bah.

PS anticipé : Oui, je vais parler de ce que j’ai sous-entendu (et qui concerne des *Livres*)
PS anticipé bis rep : Je dois d’abord empêcher ces éleveurs de poules en batterie de mener mes ‘vieux’ bouquins jusqu’à l’abattoir prévu.

La charrue derrière les boeufs, hmm ?

Je reviens très bientôt.
(Pour de vrai)

Love & rockets

L/.

****
/ This post’s title is a tribute to: Bob Marley (of course)
Come on singalong (headbangin’)
« Get up, stand up, stand up for your rights (3 times)
Get up, stand up, don’t give up the fight »

Discussion avec les lecteurs s’ensuivit…. (comme d’habitude, jadis, sur Msp., avant que ce lieu se transforme en maison de retraite pour jeunes-pas-si-actifs)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Kafka by Sodenberg

Kafka by Sodenberg

 

Pour lire ou relire (sans entorse capitalisée à la typographie), ce que j’ai dit sur ReLIRE jusque là…Vous pouvez aller faire un tour là-où-ça-se passe. C’est à dire principalement dans la NewsRoom de ma dearest Agence Nitchevo, que j’ai bien l’honneur, actuellement, de présider, entourée de tous les VIP des Editions de l’Oxymore.

 
Épisode II : Principes de Suspension de la Crédulité (Polaroid introspectif de ReLIRE) – repris de mon blog Myspacien – 25 mars 2013 (suite du précédent repris ici)

Épisode III : Le bug de l’an 2000 a bien eu lieu : la dystopie ReLIRE donne raison aux auteurs SF – repris du Msp. « Oxymoriens » – 06 avril 2013

Épisode IV : Technique, sur le front des « droits étrangers » (dont je m’occupe particulièrement, sur le front résistant) : ici-sur WP : Un demi-pas en arrière pour le Tank ReLIRE – Droits étrangers (French edit) – reprise du 19 mai de mon post du 30 avril sur le blog de nitchevo.net

Épisode V : Technique aussi , avec mon old pal le Capt. Zait of Nitchevo – ReLIRE et l’argent de “l’intérêt public” – un nouveau budget pour les ‘extensions’

Épisode VI : With Zait encore :  Honni soit qui mal y poste – de l’art d’accommoder la langue de bois, sauce caviar – à propos du « désopilant » caviardage de Wikipedia.

 

Et, bien sûr, la page d’entrée d’UNSEELIE COURT...

 

 

Je participe évidemment aux coupables activités d’information qui prennent place sur le Nitchevo Squad News (ici même sur WP), et le (encore en construction à ce jour) miroir « foreign office », destiné aux lecteurs anglophones : Nitchevo International

Et de façon moins ‘rédactionnelle’…

  • Je participe aux hautement déprimantes opérations d’alertes directes aux auteurs sur la Wiki base « Contre ReLIRE » ce qui me donne chaque jour l’occasion de constater que dans la grande majorité des cas les auteurs ne sont pas au courant.
  • Je gère, avec l’assistance précieuse du Capt. Zait, l’initiative « Pardon my French« , pour dépanner les auteurs anglophones coincés dans un ReLIRE qui non seulement les spolie (au mépris de ses propres règles), mais le fait, comble d’inélégance, au travers d’une plate-forme en « French only »
  • J’ai signé les deux pétitions « qui vont bien » : Ici : Le Droit d’Auteur doit rester inaliénable , et là: L’Opt-out des Lecteurs et j’espère que vous l’avez fait aussi, ou allez le faire dès que possible.
  • Etc., etc.

C’est une longue lutte. Et il ne nous reste plus que 3 mois avant que le couperet tombe pour des milliers d’auteurs.

La mobilisation est capitale.

Et tant que cette abomination dure, non seulement je ne publie rien mais, de même, je n’écris rien non plus. A mon grand dam. Faute de temps. Et ça, contrairement aux idiots qui glosent sur internet (confondant toujours si crassement écrire et publier) ; ou qui lisent mal mon anglais et reportent leurs analyses sur la fiche Wikipedia qui m’est consacrée… c’est on ne peut plus nouveau.

Merci à la BnF ?

A suivre. On m’attend au front.

Et next… devinez quoi ? Comme de juste… nous irons au procès. Il ne faut jamais dévier d’un bon scénar, quand l’administration nous file le cafard.

Joseph K

Joseph K… va au Procès (et nous aussi)

Stay gay’n’merry, people

Léa Silhol /.

mood: in a kafkaian state of mind…

Awfully rephrasing k-tie Bush / singing / « Kafka, from Bad Guys » (on Kashka From Baghdad‘s tune)

Advertisements

Un commentaire sur “Rewind – Deux mois sur le front ReLIRE

  1. Pingback: Un petit point sur ReLIRE | Les histoires de Lullaby

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le mai 29, 2013 par dans Anti-ReLIRE, CAUSES, et est taguée , , , , , .

Not F’d

don't feed the vultures

Ah... et pourtant... si (à présent) Et c'est la faute des #galgos !

support IDL

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Action Invisible

Pour les Podencos, Galgos et autres Invisibles des refuges espagnols

Au Baz'art des Mots

"Entrez sur la pointe des pieds pour ne pas déranger nos rêves éveillés"

Claude Mamier, dit Claudio le Vagabond

conteur, écrivain, traducteur, voyageur

TIRÉSIAS ADNUNTIATIO

by DORIAN MACHECOURT

Chenfantasticism's Weblog

Just another WordPress.com weblog

CHARLIE HEBDO

Hebdo satirique, politique et social, sans pub, tous les mercredis.

Nitchevo Squad News

NITCHEVØ FACTØRY's Lounge Bar

Pas de roses sans épines !

La nature reprend ses droits à Montpellier !

Lórien-Andréa fait son Cinéma

Les critiques d'une cinéphile

Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

L'ignorance c'est la force. G. ORWELL

Podenco Rescue

dedicated to raising the profile and re-homing Podenco Hounds

Michael Shreve

The Blacklung Library

torrorists

Tor anonymity network projects

Nitchevo Studio

News from the Studio

Nitchevo International

ACTIONS FOR ART - FOREIGN OFFICE

Psycheinhell

Outsider in residence

Psychopompe

...On the prowl through the worlds...

%d blogueurs aiment cette page :